Scénarios climatiques CH2018: la Suisse continue de se réchauffer

La Suisse connaîtra un climat plus sec, plus chaud, avec moins de neige, et affrontera à l’avenir des précipitations plus abondantes – ce sont les résultats obtenus par les climatologues de Météo Suisse et de l’EPFZ. Ils présentent aujourd’hui les scénarios climatiques CH2018 élaborés dans le cadre d’un mandat de la Confédération. Ceux-ci constituent la base de la stratégie fédérale d’adaptation au changement climatique.

Die Hitze ist auch für die Schweiz eine Herausforderung.
Immagine: Erich Fischer

Les maraîchers arrosent leurs sols desséchés, les gens n’arrivent pas à dormir en raison des nuits tropicales et les propriétaires luttent contre les inondations: un avenir possible selon les résultats des scénarios climatiques qui se profilent si le changement climatique se poursuit de manière effrénée. Aujourd’hui déjà, il fait plus chaud qu’autrefois dans notre pays. «Nous devons nous préparer aux changements climatiques et nous y adapter», affirme Andreas Fischer, chef de projet des scénarios climatiques CH2018 chez Météo Suisse.

Des températures encore plus élevées à l’avenir

Les nouveaux scénarios confirment et précisent l’image du changement climatique que nous connaissions jusqu’ici. Ils mettent en évidence quatre changements principaux qui caractériseront le climat en Suisse au milieu du siècle si la protection du climat n’est pas renforcée au niveau mondial:

1. Des étés secs
À long terme, les quantités de précipitations moyennes diminueront et l’évaporation augmentera pendant les mois d’été en raison de la hausse des températures. Les sols seront donc plus secs. Pendant les mois d’été, de juin à août, la température sera en moyenne plus élevée de 2,5 °C à 4,5 °C par rapport à aujourd’hui. Parallèlement, il tombera jusqu’à un quart de pluie en moins. La plus longue période de sécheresse sans précipitations pourrait ainsi durer environ trois semaines en été.

2. Plus de journées tropicales
Les températures maximales augmenteront bien davantage que les températures moyennes. Les jours les plus chauds en été, les températures maximales pourraient augmenter de 2 °C à 5,5 °C par rapport à la situation actuelle. Les étés caniculaires, comme lors des records de 2003 et 2018, pourraient devenir la norme. Les vagues de chaleur seront plus intenses et plus extrêmes. C’est dans les zones urbaines, densément peuplées et situées à basse altitude, que le stress thermique sera le plus fort.

3. Fortes précipitations
À l’avenir, les fortes précipitations seront nettement plus fréquentes et plus intenses que celles que nous connaissons aujourd’hui. La journée avec les plus fortes précipitations annuelles donnera en moyenne environ 10 % de pluie en plus.

4. Hivers peu enneigés
Les hivers seront nettement plus doux qu’aujourd’hui, avec une élévation possible de la température de 2 à 3,5 °C. Il y aura davantage de précipitations – mais plutôt sous forme de pluie et non de neige du fait de la hausse des températures. Il neigera moins et plus rarement. Dans les régions de basse altitude, la couverture neigeuse attendue sera environ deux fois moins importante qu’actuellement. En hiver, l’isotherme du zéro degré pourrait s’élever jusqu’à une altitude de 1500 m, contre 850 m aujourd’hui. Les zones enneigées diminueront donc fortement en Suisse.

L’avenir de notre climat exige des adaptations face au changement climatique

Les scénarios climatiques CH2018 s’appuient sur les modèles climatiques les plus récents et permettent de porter un regard plus précis sur l’avenir climatique de la Suisse. Les chercheurs ont calculé le climat suisse pour les cent prochaines années en considérant deux scénarios du GIEC (IPCC): un scénario sans protection du climat et un scénario avec des mesures de protection qui limitent le réchauffement global de la Terre à 2 °C par rapport à l’ère préindustrielle. Il est clair que les mesures de protection du climat sont efficaces: «Une protection du climat conséquente permettrait d’éviter près de la moitié des changements climatiques possibles en Suisse d’ici le milieu du 21ème siècle et près des deux tiers d’entre eux d’ici la fin du siècle», affirme Reto Knutti, climatologue à l’EPF de Zurich et président du du Forum pour le climat et le changement global (ProClim) de la SCNAT.

Categorie